L'élevage Scrofa (2013/2021)

Ce lieu est extrêmement connu dans le milieu de l’exploration urbaine. Il est parfois nommé “l’Abattoir”, notamment par Glauque Land. Mais il ressemble plus à un élevage porcin, qu’à un lieu de tuerie. Lors de ma première visite en 2013 (à gauche), le site est encore en bon état, les couloirs sont immenses, les portes colorées par les parties de paintball, les cases d’autant petits mondes….
En pleine banlieue francilienne, c’est très étrange de retrouver un tel site agricole à l’abandon. Près de toute cette activité humaine, le site dort tranquillement et s’affaiblit avec le temps qui passe. Le toit s’effondre.

Un article du Parisien situe son abandon en 1986. Avant d’être un élevage, il aurait été un château. Chose courante dans les environs, chaque ville d’Ile-de-France possède un château, du moins un reste ou un vestige.

En 2021, lors d’une discussion numérique avec T., je lui propose d’essayer la peinture lumière avec son drone. Nous retournons alors sur le site. La végétation a bien progressé en huit ans. Elle se fait plus vorace, comme si elle voulait défendre son havre de paix.

Dans l’attente du crépuscule, nous mangeons sur place, puis T. envoie son drone apprécier l’espace et le bâtiment, enfin nous circulons dans les recoins du site. Je voyage dans le temps. Temps de l’activité de l’élevage, temps personnel lors de ma venue en 2013. J’étais imprudent alors et avait visité le site avec deux amis alors que je sortais d’une opération, une semaine auparavant.

T. me désigne une maison au loin, sans doute celle du responsable ou alors le centre administratif. Le trajet est un peu hasardeux, la végétation ayant tout submergé. Sanitaires, pièces vides, bureaux… Connu, le lieu est forcément tagué, vidé de ses objets mais pas de son histoire. Reste-t-il des employés du site ou des habitants ayant connu le plein essor de l’élevage ?

Une fois la nuit venue, nous nous lançons dans notre projet. Finalement, l’exercice de la pose longue, de la peinture lumière et de la gestion du drone en pleine nuit est compliqué. Il faut attendre le crépuscule complet dans une région très éclairée, et d’autant plus en été alors que le soleil joue les couche-tard.
Nous essayons plusieurs systèmes d’éclairage du drone. Alors que nous lui accrochons une lampe frontale, une lanterne insolite, T. se rend compte finalement que ce bijou technologique possède son propre éclairage ! Ne dit-on qu’il faut essayer plusieurs fois avant de réussir ?

Après plusieurs tentatives, nous y arrivons enfin ! Les moustiques et une chute du drone ne nous arrêtent pas. Devant le château d’eau, nous posons sous le drone. Et le résultat est extraordinaire (photo ci-dessus) ! Comme si un OVNI était venu nous visiter, ou nous enlever… à vous de choisir !

Un grand merci à T. d’avoir bien voulu tenter ces expérimentations photographiques nocturnes avec moi !

A LIRE OU A VOIR
– La page de Glauque Land
– Les photos du site sur IGN Remonter le temps
– L’ensemble de mes photos sur Instagram ou Flickr

Toutes les photos de la visite

Urbex - Élevage Scrofa