Maison aux trois couleurs (03/2022)

TroisCouleurs-002

Fin de journée. Les membres sont fourbus, les jambes peinent à se lever et à maintenir le corps debout. Il faut vraiment que je pense à réduire le nombre de lieux à explorer dans la même journée. Je ne prends pas assez le temps.
Nous trouvons la maison, à l’écart du petit village. Cachée par la forêt, isolée dans ce paysage, elle est facile d’accès. Haute, elle n’est pas large du tout. Un peu comme les villas balnéaires de Mers-les-Bains. L’entrée est encombrée. Cartons, magazines et boîtes d’archives se disputent l’espace. Je ne marche pas sur le sol et mon équilibre est à chaque pas plus précaire. Heureusement je peux me retenir à de vieux étais. Prenant quelques minutes pour ausculter les documents et objets devant moi, je débute alors un voyage dans le temps. Un vieux TV Magazine, une facture d’il y a dix ans, un antique almanach, un vieux catalogue d’outillages…

TroisCouleurs-013

Je ne peux explorer vraiment plus loin, car en passant dans la cuisine, ma tête effleure le plafond. J’ai l’impression d’être Gandalf dans la maison de Bilbo. Pas de lumière, je découvre cet incroyable à la lampe torche. Cagettes, cartons, bouteilles d’alcool, lampe torche, vieille calculette… C’est étrange à dire, l’ensemble fait rangé par rapport à la pièce précédente. Comme un départ précipité mais où on laisse les affaires un tant soit peu ordonnées. Voulant passer à l’étage, je repasse par l’entrée et aperçoit une balance à aiguille et un téléphone à cadran. Le voyage temporel est complet.

TroisCouleurs-004

L’escalier très exigu, tourne et retourne. Je prends mon temps pour arriver à l’étage supérieur. Devant la multitude de pièces , je me dirige vers la cuisine après un tour rapide des lieux.
Ton sur ton, jaune sur orange, l’espace s’épanouit sous un haut plafond. Et j’imagine les odeurs de graillon et les fumées tournoyant là-haut., créant une sorte de micro-climat. Chaises antiques, feuilles mortes au sol, volets entrouverts… L’ambiance s’avère complète. L’antique cuisinière à bois trône toujours à sa place. La qualité de ces anciens appareils ménagers est exceptionnelle. Décapée, retapée et testée, je l’offrirai bien à mes amis qui se mettent au vert. Leurs soirées d’hiver seraient bien plus chaudes.
Terminant mes prises de vues, je passe aux autres pièces : chambres, salle de bains, salon…

TroisCouleurs-006

Je remarque bien vite que chaque pièce possède sa couleur particulière : jaune, vert ou bleu. C’est ainsi que je trouve le nom fictif de cette maison sans prétention. La maison aux trois couleurs.
La salle de bain, comme la cuisine, prends ses aises sous un plafond distant, lointain. La peinture s’écaille et augmente à souhait l’ambiance abîmée, oubliée, figée dans le temps de la pièce. La baignoire, pleine d’affaires diverses, est la reine des lieux. Pas de traces de rideau de douche, parquet au sol… étrange pièce d’eau.

Revenant dans l’ambiance bleutée du salon, je m’assois et me repose un petit peu, attendant que ma camarade d’exploration termine ses clichés. Perdu dans mes pensées, je ne m’aperçois pas qu’elle a terminé. Elle en profite pour me photographier en douce. Belle ambiance.

IMG_20220221_124743_998
© Diane DUFRAISY-COURAUD

Pendant cette pause bienvenue, j’observe les objets qui m’entourent. Une bouteille d’extrait oxygéné, un dentifrice qui ressemble étrangement à un tube de gouache, une chaussure, quelques vêtements, des bouteilles abandonnées là…

Il y a quelques temps, je ne parvenais pas à concevoir qu’on puisse abandonner son habitation comme cela. Pleine d’affaires personnelles, de morceaux de vie. L’actualité de la guerre en Ukraine vient me rappeler que cela est toujours possible d’une seconde à l’autre. On peut se croire en sécurité et tout s’effondre en un instant. Par la folie d’un homme, d’un groupe, d’une circonstance quelconque.

Cette maison aux trois couleurs n’est en rien comparable à la cruelle actualité de ce début 2022. Elle semble plus être un point oublié, hors du temps et de l’espace, hors de l’homme. Un rupture dans notre activité terrestre. Soit l’actuel propriétaire ne veut pas s’en occuper, soit la recherche des ayants-droits est en cours.

Maintenant que la perspective est dégagée, j’en profite pour bien saisir cet enchaînement de couleurs. C’est purement magique et tellement photogénique. De telles couleurs criardes ne sont plus utilisées de nos jours dans les tendances décoratives de nos intérieurs. Elles restent tellement typiques des années d’avant et d’après la Seconde guerre mondiale. Comme les papiers peints à motifs floraux ou végétaux.
Les espaces du fond servent de chambre et de pièce de détente. D’ailleurs, un fauteuil trône près d’une fenêtre. Comme une invitation au repos, à la détente. Position originelle ou mise en scène ? Peu importe. C’est beau.

Je termine mes prises de vue de la perspective colorée de la Maison aux trois couleurs puis range mon matériel. Je suis exténué, salue mes camarades d’exploration et reprends la route. Au moins, voilà quelque chose de réconfortant : les douches et nuits post-urbex.

TroisCouleurs-015
TroisCouleurs-011

À voir aussi

• Le même lieu visité et raconté par Glauque Land.

Ne cherchez pas d’infos de localisation ou une partie histoire détaillée sur ce lieu, je n’en donnerai pas ni n’en publierai tant que la Maison aux Trois couleurs sera abandonnée. Respectons-le pour la vie qu’elle accueillit jadis, pour les gens qu’y vécurent et pour son éventuelle future vie (destruction, réhabilitation…).

Toutes les photos de la visite

Urbex - Maisons aux trois couleurs